Chutes : des capteurs vidéos pour les éviter

Publié le 13/04/2016

  • Chutes : des capteurs vidéos pour les éviter

Pour éviter les chutes qui touchent de plus en plus de personnes âgées, une jeune entreprise Française a mis au point des capteurs vidéos afin de soigner les personnes à temps. Retour sur cette innovation qui pourrait sauver de nombreuses vies.

Fréquence et complication :

Les chutes sont la première cause de mortalité chez les plus de 65 ans et provoquent, chaque année en France, près de 2 millions de chutes accidentelles. Entre celles dites lourde (perte de verticalité rapide), molle (la personne se retient à un meuble) ou syncopale (perte de connaissance), il reste difficile de les définir avec précision.

Pour prévenir les chutes et faciliter le maintien à domicile, il existe des solutions simples et qui ne nécessitent pas un budget conséquent en s'imposant des règles de vie à savoir :  ne pas laisser d'objets au sol, fixer les fils de téléphone ou encore stabiliser les appuis.

Prévenir pour éviter la chute :

L'entreprise Link Care Services a quant à elle concue des capteurs qui permettent de détecter si la personne est dans une position anormale ou si elle est couchée depuis longtemps. 

"La vidéo-vigilance EDAO est composée d’un logiciel unique, de capteurs vidéo infrarouge, d’une connexion internet sécurisée et d’analyse humaine. Cette analyse est effectuée par des opérateurs de vigilance à Paris, dans les locaux de la société. Ils sont formés aux spécificités liées à la perte d’autonomie. Lorsque EDAO est activé dans les chambres : les images sont encodées, cryptées, et exclusivement analysées par le logiciel. Aucune image n’est visible tant que le dispositif ne détecte pas de situation à risque. Si une situation à risque est identifiée par le logiciel...

L’alerte s’affiche alors automatiquement sur l’écran d’un opérateur de vigilance. Ce dernier l’analyse, et prévient immédiatement le personnel de soins si cela est nécessaire.

Le personnel de soins reçoit alors l’alarme avérée sur son DECT ou Bipper, ainsi que sur une interface d’ordinateur situé au poste de soins, l’image disparait alors du poste de l’opérateur."

Ces capteurs ont été testés durant trois ans à Limoges dans des hopitaux et des EHPAD. Disponible à domicile ou en établissement spécialisé, cet outil détecte aujourd'hui plus de 3000 incidents chaque mois.

Louis.G

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent publier des commentaires.